CFA-SNCFA Historique

A la fin du 19ème siècle le dénommé M. Lartigue créé la Société de Chemin de Fer d’Algérie en largeur de la voie 1.055m hélas c’est l’échec !

En 1881-1882, l’insurrection de Bou-Hamama (un Rebel), oblige l’autorité militaire à construire la ligne de Chemin de Fer jusqu’ en 1885 vers Saïda et Méchéria pour le transport de l’alfa, puis une prolongation vers le Sud atteint Aïn- Séfra en 1887, Duveyrier en 1901, Béni-Ounif en 1903, Ben-Zireg en 1905, Colomb-Béchar en 1906 qui permet de transporter des troupes vers le Maroc, l’Afrique et Régane, enfin une prolongation vers Kénadza pour la mine de charbon de 22km et Béchar-Djedid pour la centrale électrique et le charbon de 15km en 1921.


Le premier train est la « Rafale » composé, de 2 ou 3 wagons plats avec des sacs de sable (dispositif anti mines) à l’avant de la machine à vapeur, puis à diesel avec des wagons de voyageurs du type Western « Un train que l’on n’oublie pas quand on a eu l’occasion de voyager avec !!! » Il circule à la vitesse de 30 km/h sur le plat !, et met 14 h pour faire 400 km jusqu’à Aïn-Séfra et 2 jours pour arriver à Perrégaux soit 711 km.

Le deuxième train en 1951 c’est « l’Inox » train de voyageur « rapide» et plus confortable, avec de compartiments, il met entre 17 h et 24 h pour arriver à Perrégaux soit 711 km. C’est le dernier train qui restera en service et dans nos souvenirs, nous l’avons tous connu jusqu’à l’indépendance de l’Algérie en 1962 !

En 1954 la société Chemin de Fer d’Algérie (CFA) change de nom pour devenir Le Chemin de Fer en Algérie (CFA) puis en 1959 elle devient la Société de Chemin de Fer Français en Algérie (SNCFA)

Des hommes et des femmes ont contribué à la mise en place et au bon fonctionnement du CFA et SNCFA de 1906 à 1962 (jusqu'en 1975 pour certains), les mécaniciens, les chauffeurs, les services de la voie, les services entretien, les maçons, les services de la gare, les contrôleurs roulants et d’autres encore que j’oublie, il faut me pardonner!

CFA-SNCFA Historique

A la fin du 19ème siècle le dénommé M. Lartigue créé la Société de Chemin de Fer d’Algérie en largeur de la voie 1.055m hélas c’est l’échec !

En 1881-1882, l’insurrection de Bou-Hamama (un Rebel), oblige l’autorité militaire à construire la ligne de Chemin de Fer jusqu’ en 1885 vers Saïda et Méchéria pour le transport de l’alfa, puis une prolongation vers le Sud atteint Aïn- Séfra en 1887, Duveyrier en 1901, Béni-Ounif en 1903, Ben-Zireg en 1905, Colomb-Béchar en 1906 qui permet de transporter des troupes vers le Maroc, l’Afrique et Régane, enfin une prolongation vers Kénadza pour la mine de charbon de 22km et Béchar-Djedid pour la centrale électrique et le charbon de 15km en 1921.


Le premier train est la « Rafale » composé, de 2 ou 3 wagons plats avec des sacs de sable (dispositif anti mines) à l’avant de la machine à vapeur, puis à diesel avec des wagons de voyageurs du type Western « Un train que l’on n’oublie pas quand on a eu l’occasion de voyager avec !!! » Il circule à la vitesse de 30 km/h sur le plat !, et met 14 h pour faire 400 km jusqu’à Aïn-Séfra et 2 jours pour arriver à Perrégaux soit 711 km.

Le deuxième train en 1951 c’est « l’Inox » train de voyageur « rapide» et plus confortable, avec de compartiments, il met entre 17 h et 24 h pour arriver à Perrégaux soit 711 km. C’est le dernier train qui restera en service et dans nos souvenirs, nous l’avons tous connu jusqu’à l’indépendance de l’Algérie en 1962 !

En 1954 la société Chemin de Fer d’Algérie (CFA) change de nom pour devenir Le Chemin de Fer en Algérie (CFA) puis en 1959 elle devient la Société de Chemin de Fer Français en Algérie (SNCFA)

Des hommes et des femmes ont contribué à la mise en place et au bon fonctionnement du CFA et SNCFA de 1906 à 1962 (jusqu'en 1975 pour certains), les mécaniciens, les chauffeurs, les services de la voie, les services entretien, les maçons, les services de la gare, les contrôleurs roulants et d’autres encore que j’oublie, il faut me pardonner!